L’eau : boire trop ou trop peu ?

J’ai plusieurs fois entendu des patients me dire qu’ils ne buvaient pas assez, et les questions autour de la consommation de l’eau m’interpellent. Pourquoi pense-t-on qu’il est indispensable de boire 1 à 2 L d’eau par jour ? Est-ce vraiment nécessaire ?  Peut-on boire trop d’eau ou pas assez ? 

J’ai donc creusé le sujet autour de l’eau et je vous partage, dans cette nouvelle note, le fruit de mes recherches et de mes réflexions.

Verre d'eau

La quantité :

Suite à des problèmes de tendinite chronique, un médecin généraliste m’a expliqué que mon corps était déshydraté et que je devais boire plus d’eau. Selon elle, lorsque l’on ressent la soif, le corps manque déjà d’eau.

A la différence de la médecine allopathique, la médecine traditionnelle est fondée sur la capacité de régénération du corps pour retrouver la santé à l’image de la nature. On considère que lorsque l’on a soif, il faut remplir les réserves d’eau du corps pour justement ne pas le dérégler. La soif n’est pas un symptôme de la maladie déshydratation, c’est un simple signe du corps qui indique qu’il est temps de boire.  Il n’existe que très peu de personnes qui ne ressentent pas la sensation de soif, alors pourquoi mettre une telle pression sur le fait de boire ?

Quand on voit des publicités pour telle ou telle marque d’eau, on se rend bien compte qu’il y a un souci.  Dans ces publicités, il est sous-entendu que plus on boit plus on élimine. Mais on élimine quoi ?

On peut supposer que cette élimination fait référence aux déchets du corps. En médecine chinoise, l’organe principal qui s’occupe de la gestion de l’eau est le Rein. On dit que les Reins reçoivent l’eau, ils en recyclent une partie et rejettent les liquides chargés de déchets en les envoyant vers la vessie. Pour nous, ce sont les Reins qui gèrent le volume d’eau du corps en ouvrant ou fermant les robinets.

De notre point de vue, si la personne consomme plus d’eau que ce que le corps peut utiliser, les Reins vont dépenser beaucoup d’énergie pour filtrer cette eau. Si cela se produit sur plusieurs années, les Reins se fatiguent, et à long terme on peut développer certaines pathologies telles que les œdèmes. L’eau n’est plus mise en circulation dans le corps, ni éliminée comme il le faut et des liquides s’accumulent et stagnent. Selon notre vision, conseiller à une personne qui souffre d’œdème lymphatique de boire plus d’eau pour éliminer n’a aucun sens.

En Occident, nous sommes très nombreux à manger par habitude et par compensation autant que par faim. Le problème est devenu le même avec les boissons. Personne ne boit d’alcool ou du café pour se réhydrater, et malheureusement, on prend de plus en plus de jus, de thé et d’infusion par habitude plus que par soif.

En médecine chinoise, l’idée de boire 2 L par personne et par jour n’a pas d’intérêt. Une personne qui transpire suite à une activité physique a besoin de boire plus qu’une autre qui n’a pas perdu d’eau. En été, il est normal de boire plus, car la chaleur nous fait transpirer et il faut remplir les réserves plus souvent.  En hiver, on transpire moins et on aura tendance à éliminer les déchets par les urines qui seront plus abondantes.  Les aliments consommés et surtout les fruits et légumes frais au printemps et en été ou les soupes et bouillons en automne et en hiver sont aussi des sources importantes de liquide. En conclusion, buvez quand vous avez soif !

Tout ceci semble bien logique mais à force de boire par habitude, on finit par perdre la sensation de soif. Au XXIème siècle, nous avons perdu une partie de notre capacité à nous connecter à notre corps et à identifier les signaux qui nous maintiennent en bonne santé. La société de consommation nous pousse à manger et boire pour assouvir des désirs ; n’est-ce pas en train de nous couper de notre corps petit à petit ?

La qualité :

Le fait de consommer de l’eau en bouteille pose aujourd’hui problème à cause de l’utilisation excessive du plastique. D’un autre côté, on entend que l’eau du robinet est polluée et la quantité de chlore utilisée la rend mauvaise au goût. Alors comment faire ?

Pour ce qui est de la qualité de l’eau en bouteille, voici quelques conseils : il est recommandé de bien lire l’étiquette et de vérifier le taux de résidu sec à 180°C.  Ce taux doit être le plus faible possible (inférieur à 100 mg/L). Moins le taux de résidu sec est élevé, moins il y a de minéraux. L’eau est utile au corps pour le décharger de ses déchets, y compris de ses minéraux. Quelques personnes déminéralisées peuvent utiliser les eaux minérales riches à des fins thérapeutiques, mais pour une personne en forme, qui a une alimentation saine et variée, de l’eau de source suffit amplement.

Personnellement, boire de l’eau en bouteille ne me convient pas à cause de l’empreinte écologique du plastique. De plus, en médecine chinoise, on dit que l’eau de meilleure qualité est celle des montagnes car elle est oxygénée et énergisée grâce aux remous des rivières et torrents.  Au contraire, une eau qui stagne est moins bonne car pauvre en vitalité.

L’eau du robinet est transportée et court à travers les tuyaux ce qui lui donne du mouvement. Elle serait donc plus saine que de l’eau qui est restée entreposée quelques temps. Si vous trouvez que l’eau du robinet n’est pas de bonne qualité, il existe de nombreuses solutions. Les carafes à cartouche et le filtre accroché au robinet sont efficaces.

Suite aux recherches de Masaru Emoto, qui a mis en évidence la grande sensibilité de l’eau à l’énergie émise par la pensée, la parole, l’image ou la musique, de nombreuses fontaines qui purifient l’eau et la chargent avec de la lumière ou de la musique ont été créées. Ces fontaines donnent sans doute la meilleure qualité possible à l’eau, mais leurs prix sont élevés. 

 

Pour ma part, j’utilise du charbon actif Binchotan. Ce charbon est produit au Japon à partir d’un chêne appelé "Ubamegashi". Ce bois a la propriété d’absorption des contaminants et des métaux lourds. La question sur l’utilisation d’un arbre qui pousse à l’autre bout du monde pour boire de l’eau de bonne qualité se pose, mais comme je n’ai pas trouvé d’alternative locale, c’est la solution que j’utilise pour le moment.

Dans tous les cas, soyez confiants, l’eau du robinet en France est très surveillée. Et si le goût du chlore vous dérange, il suffit de remplir une bouteille et de la laisser de côté, le goût disparaîtra au bout de quelques heures.

Le bon moment :

Il n’y a pas vraiment de bon moment pour boire, le plus important est de boire quand on a soif et suffisamment pour étancher sa soif. Pourtant, en diététique chinoise, il est conseillé de boire plutôt à la fin ou en dehors des repas. Boire un grand verre d’eau fraîche en début de repas va diluer les sucs digestifs que l’estomac a produits pour digérer. C’est comme si au moment de faire cuire un steak on jette de l’eau froide sur la poêle chaude, on perd l’intérêt de faire chauffer la poêle. Notre estomac s’est préparé pendant plusieurs heures pour digérer les aliments et toute cette énergie est dispersée par l’eau froide. Alors qu’en fin de repas, on va juste boire un peu pour réhydrater les aliments si besoin et cela facilite la digestion. Un peu de vin rouge aurait le même effet et les propriétés de l’alcool vont aider à digérer les aliments gras.  Une infusion chaude pendant le repas peut également aider à dissoudre les graisses et en fin de repas elle peut aider l’estomac à réchauffer le bol alimentaire.

En Chine, on consomme l’eau chaude ou à température ambiante. L’eau « crue » ou froide affaiblit le système digestif qui est à 37°C. Il devra donc puiser de l’énergie pour la réchauffer et la rendre assimilable.  Dans la note sur la canicule à retrouver ici, il est aussi conseillé de boire chaud quand il fait chaud, comme les Bédouins qui consomment du thé à la menthe brûlant plusieurs fois par jour dans le désert.

Eau potable Homme
Purificateur verre d'eau